Conflit étudiant et loi 78 > Archives 1er juillet 2012 < La première minute
La première minute > Page d'accueil
Une carpe, si belle dans son étang
Éric de la Noüe
Société À propos Textes Lezamis Contact Facebook Twitter
Conflit étudiant et loi 78

2012-07-01 - RÉVISÉ LE 4 JUILLET 2012
Taille A - A +

Revue de presse La première minute
Archives > 1er juillet 2012

La Fête du Canada à La première minute

Le Canada a-t-il une mythologie, deux, ou aucune?

Et, si oui, les versions anglaise et française sont-elles les mêmes?

Certains Québécois ont deux fêtes nationales. Ont-ils le droit de fêter l'une et l'autre, en paix?

Une fois vos boîtes déballées, répondez en quelque chose comme six cents mots

Certains Québécois n'ont qu'une fête nationale, la Saint-Jean-Baptiste, et ces ils la célèbrent comme celle d'un Québec «libre» du joug canadien-anglais. D'autres Québécois en ont deux, la Saint-Jean et la Fête de la Confédération, fête d'un Canada qui pour eux demeure leur pays. Pour chaque groupe, ces deux fêtes sont sujettes à tiraillements. La Saint-Jean, qui en théorie devrait être la fête de tous, parce que Québécois d'une façon ou d'une autre, est la plupart du temps fêtée dans l'espace public comme la fête d'un pays qui n'existe pas encore. Ce pays n'étant pas celui auxquels croient les Québécois fédéralistes, cette fête est souvent cause de malaise. Peut-on être Québécois tout en croyant au Canada? Il n'y a pas beaucoup de place pour eux à la Saint-Jean.

Pour ces Québécois «canadiens» aux deux fêtes, celle de la Confédération canadienne ne peut pas non plus être soulignée sans nuages, pluie ou pas. Historiquement parlant, la levée des drapeaux canadiens le 1er juillet s'est rarement faite sans une levée de boucliers indépendantistes. Pour ceux qui ont lu les livres d'histoire, même ceux qui croient au Canada, la symbolique de fêter la Confédération sur les Plaines d'Abraham, le lieu de la défaite d'une nation, exige aussi un sens certain de l'ironie.

Mais est-il nécessaire de systématiquement gâcher la fête de ces derniers? Ont-ils le droit d'avoir deux fêtes sans être traités d'imbéciles, de cons finis ou pire? Moi, je crois que c'est leur droit le plus entier.

Québécois, citoyen canadien de jure, mais aussi observateur, j'ai toutefois souffert du syndrome de la page blanche au moment de préparer cette édition du 1er juillet. Que l'on y souscrive ou non, ce Québec du 24 juin a sa mythologie. Elle est drapée du bleu de tous les espoirs. Celle de ce Québec canadien-français du 1er juillet est plus dure à cerner. Même un symbole aussi fondamental que l'hymne national est touché par la dualité des deux peuples dits fondateurs. Le saviez-vous? Les paroles des versions anglaise et française n'ont pas le même sens.

De plus, chaque faction a tendance à écrire ses livres d'histoire. En Europe, France exceptée, les Québécois sont souvent perçus comme Canadiens. Des Canadiens tout court, ni français ni anglais, des libérateurs plutôt que des victimes. Demandez aux Hollandais. Beaucoup baignent encore dans le souvenir d'un quelconque désagrément politique ayant eu lieu en Europe, quelque part entre 1939 et 1945. Je ne me rappelle plus lequel mais ça devrait me revenir bientôt. Des Canadiens-français victorieux, dans un uniforme aux couleurs d'un empire que plusieurs rejettent courraient le risque de contribuer à ériger une mythologie perçue comme dangereuse. Dans les écoles québécoises, francophones, il est préférable de balayer sous le tapis le souvenir de ces derniers.

En fait, le 1er juillet il est même préférable que les gens soient occupés à penser à autre chose, genre balayer littéralement leurs carpettes. Parce que cette date est aussi celle d'une autre «fête», celle du déménagement, votée par l'Assemblée nationale au milieu des années soixante-dix. Croyez-vous au hasard?

Alors, pour cette fête qui n'appartient pas à tous, j'ai décidé de piger subjectivement dans cette mythologie canadienne. Le Québec est quelque chose comme une nation. Le Canada est-il quelque chose comme un pays? Si oui, se conjugue-t-il au singulier ou au pluriel?

- Éric de la Noüe

* * *


Et, maintenant, un discours du premier ministre du Canada, Stephen Harper

Vidéo ajoutée sur YouTube par kaytheliberal, extraite du Rick Mercer Report diffusé le 31 octobre 2006.

Ah, pour comprendre la blague de la fin, le 25 janvier 2006, Monsieur Harper est allé conduire son fils Ben et sa fille Rachel à l'école primaire. Devant l'oeil de la caméra, le premier ministre a jugé préférable de serrer la main à son fils de neuf ans. Du haut de ses sept ans, Rachel, elle aussi, a voulu que son père lui serre la main. Certains médias et les cordes à linge habituelles en ont fait des gorges chaudes, y voyant la preuve que le PM était un cyborg sans coeur. Avis à tous ceux qui n'ont jamais élevé d'enfants. Un p'tit bonhomme de neuf ans, on ne lui fait pas un colleux devant tous ses amis à l'école, encore moins un pays entier.

Voyez:

The National Post via canada.com, 2006-01-24
Just watch me: Harpers gird for life in fishbowl with vow to safeguard family

Blogue d'une tarte, 2006-05-18
La photo avec Ben et Rachel

Blogue d'un idiot, non daté
Ben et son père, en gros plan

The Canadian Press via CTV News, 2008-09-30
Harper sees daughter off with one-armed squeeze


J'ai menti. Cet homme est un acteur.

Vidéo ajoutée sur YouTube par ShaftesburyFilms, le 13 juillet 2011. Vous êtes meilleur acteur que Reagan, Monsieur.

* * *


POUR PLUSIEURS CANADIENS, UNE FAUSSE NOTE

God Save The Queen ou Ô Canada?

Aux fêtes de la Confédération à Ottawa, en l'honneur du Jubilé de diamant de Sa Majesté, soixante ans de règne, Le God Save the Queen a été joué avant l'hymne national canadien.

CKOI Outaouais via 98,5FM, 2012-06-29
L'Ô Canada relégué au second rang!

CBC News Canada, 2012-07-01
Fireworks cap off Canada Day on Parliament Hill

«Johnston carried out an inspection of the Guard of Honour, and the crowd watched a fly-past by the Snowbirds, before Canadian opera singer Julie Nesrallah performed God Save the Queen.

Jully Black was next on stage, singing O Canada.

As Harper took to the podium, he sent "best wishes" to the Queen for her Diamond Jubilee, marking 60 years on the throne.»

EN MUSIQUE: SIMPLE PLAN, FEIST, ROCH VOISINE, MARIE-MAI ET PLUSIEURS AUTRES

Guillaume St-Pierre, Le Droit, 2012-07-02
Marée rouge et blanche dans la capitale

«Le Canada fêtait son 145e anniversaire dimanche. Pour l'occasion, les petits comme les plus grands élans patriotiques étaient permis.

En l'honneur du Jubilé de diamant d'Élizabeth II, God Save the Queen, l'hymne royal, a été joué lors du grand spectacle devant le parlement.

Simple Plan, Feist, Roch Voisine, Donny Parenteau et Neverest ont offert musique et chansons pour le spectacle du midi, auxquels sont venus s'ajouter Marie-Mai et Mistress Barbara en soirée.»

ANTHROPOLOGIE 101: LE RETOUR DES SYMBOLES DE L'EMPIRE

En rappel, voyez ces excellents textes de Mathieu Bock-Côté:

Mathieu Bock-Côté, Journal Échos Montréal, 2011-10-06
Le Canada britannique est de retour

Mathieu Bock-Côté, Journal Échos Montréal, 2012-03-14
Le Canada de Harper

* * *

Fragments de mythologie canadienne

Le Canada a-t-il une mythologie? En voici quelques fragments, une sélection subjective, pour un jour de fête songé.

La libération de la Hollande

Armée canadienne: Les Canadiens libèrent la Hollande

Vidéo ajoutée sur YouTube par mtthwwbstr. Diffusée la première fois le 14 avril 1945 (pas sur YouTube).

La Deuxième Guerre mondiale, peut-être le dernier conflit armé où les bons et les méchants semblaient clairement définis. En Occident, les souvenirs de la guerre diffèrent en fonction du côté de l'Atlantique. Le Canada et les États-Unis, pays neufs, n'ont jamais entendu le son des talons des bottes nazies résonner sur leurs pavés. Mais il paraît que la mémoire auditive n'existe pas. Qu'en est-il de la mémoire visuelle?

En France, en Angleterre, en Belgique et dans plusieurs autres pays d'Europe, les rappels visuels de l'occupation allemande demeurent, surprenant parfois le touriste étranger avec une plaque patinée par le temps:

«ABRI»

«AIR-RAID SHELTER»

«REFUGIO»

Durement touchée par l'occupation, la Hollande n'a pas oublié. Les soldats canadiens ont joué un rôle important dans sa libération. Pour les plus vieux, s'y présenter comme Canadien c'est se présenter comme citoyen d'une nation de héros. Le Canada est un pays avec deux peuples fondateurs. Deux nations. Mais en dehors de la Francophonie, bien peu sont capables de faire cette distinction. Vous, quand on vous parle de l'Afrique du Sud, pouvez-vous faire la nuance entre blancs afrikaners et anglais? Elle est pourtant aussi marquée qu'entre Canadiens-français et anglais. Voilà.

En Hollande, ce sont les Canadiens tout court qui sont des héros.

Les Canadiens-français au fait de l'histoire se rappelleront peut-être la crise de la conscription de 1944. Mais nous vivons dans une société qui perd la mémoire. Bien sûr, la plupart ne seront pas en mesure de se rappeler les souvenirs des Canadiens-français de l'époque. Ces hommes sont allés au front avec le souvenir d'une autre crise de la conscription, celle de 1917, d'une autre guerre, mondiale elle aussi.

C'est donc pourquoi, ce mythe canadien est teinté d'amertume pour certains. Et c'est certainement le pourquoi il n'a jamais été encensé dans les classes canadiennes-françaises. Québécoises.

En même temps, une société peut-elle se permettre d'oublier le courage de milliers de ces citoyens dans des combats contre le Mal incarné? Je pense aux soldats du Royal 22e Régiment. Plus près de moi, la mémoire d'un aïeul, venu montrer à tirer du canon à l'armée canadienne il y a bientôt cent ans.

Avec l'aide de Wikipédia, je rappelle à notre souvenir les Fusiliers Mont-Royal - c'est nos Marines à nous, ça! - le Régiment de la Chaudière et le Régiment de Maisonneuve.

Les Canadiens ont libéré la Hollande. Ils ont combattu farouchement. Pour ceux qui connaissent suffisamment la guerre pour ne jamais l'idéaliser, les Canadiens ont fait ce qu'ils ont pu, fusil à la main, dans une atmosphère sentant la poudre, le métal, la pisse et la merde.

Et ils ont contribué à libérer la Hollande comme ils ont contribué à libérer toute l'Europe. Enfin, en attendant que Staline en avale la moitié.

N'en demeure pas moins, ils ont gagné.

Voyez sur Wikipédia: Libération de la Belgique et des Pays-Bas

Un Pont trop loin, bande-annonce

Vidéo ajoutée sur YouTube par MoviemanTrailers. Diffusée la première fois le 14 avril 1945 (mais pas sur YouTube).

Sur Wikipédia: Opération Market Garden

Operation Market Garden, un court documentaire

Vidéo ajoutée sur YouTube par AardvarkEFB. Je n'ai pas besoin de demander à Aardvark s'il est Hollandais. Le clip est très bien, mais signe d'une époque en instance de perdre la mémoire. Il n'est pas daté, ne cite pas la source originale non plus, un fragment émotif parmi d'autres.

* * *


L'Avro Arrow, un autre vrai mythe canadien

Le vol inaugural du Avro Arrow en 1958

Des archives de Radio-Canada, vidéo ajoutée sur YouTube par CBCtv et extraite de CBC Newsmagazine.

C'est la Guerre froide. Dans le Grand Nord canadiens, des bombardiers nucléaires volent souvent vers l'Arctique, histoire d'aller faire un tour en URSS et oblitérer la moitié de la Russie. Le public l'ignore, mais les fausses alertes ont été nombreuses. À la dernière minute, les avions sont rappelés. Pouvez-vous imaginer le climat de tension permanente dans les milieux informés?

Au début des années cinquante, en Corée, les luttes aériennes se font encore avec des avions de la Deuxième Guerre mondiale, à hélices. Mais on n'arrête pas le progrès. La poignée de jets allemands déployés fin 1945 a fait des envieux. Au Canada, la Royal Canadian Air Force s'est dotée de son premier chasseur en 1953, l'Avro CF-100 Canuck.

Et, pourtant, la RCAF émet les standards pour son remplacement l'année même de sa sortie. Ils sont ambitieux. Une poignée d'ingénieurs de chez Avro, eux aussi, le sont. L'Avro CF-100 n'a pas de «Canuck» que le nom. Le constructeur a beau être une filiale d'une compagnie britannique, ses employés se sentent on ne peut plus canadiens - et fiers de l'être.

Arrive l'Avro Arrow CF-105, un prototype d'intercepteur biplace destiné à remplacer le CF-100. Merveille du savoir de l'époque, aux performances si stupéfiantes qu'elles auraient été classées secret-défense, le Arrow CF-105 est dévoilé aux médias le 4 octobre 1957. Ce jour-là, le monde apprend le lancement de Spoutnik 1 par les Russes. Comme c'est le premier satellite de main d'homme de toute l'histoire, le lancement du CF-105 passe inaperçu. De toute façon, un jet de plus, c'est le genre de nouvelle à réserver pour les suppléments du dimanche, lectorat canadien excepté.

Deux ans plus tard, John Diefenbaker mettait la hache dans le projet. Version officielle: le projet était trop coûteux. Version officieuse, destinée à être coulée, peut-être, des fuites aux plus hauts niveaux des gouvernements canadiens et anglais laissaient présumer que les Soviétiques auraient pu mettre la main sur la technologie révolutionnaire du Arrow.

Peut-être que oui, peut-être que non. Kim Philby aurait vu passer sur son bureau les plans d'un jet de l'armée de l'air de Sa Majesté? Et on fout tout à la poubelle?

Une autre version officieuse veut qu'Ike Eisenhower ait passé le message à John Diefenbaker que le complexe militaro-industriel américain n'appréciait pas la compétition.

L'Avro Arrow est entré dans la légende. Une brillante réussite. Un échec aussi. Dans le dossier que Radio-Canada consacre à l'avion dans son site Web, un des reportages est titré «Avro: l'échec d'une réussite aéronautique».

Impossible de ne pas en faire une allégorie pour le Canada tout court.

L'Avro Arrow, un reportage de CTV News

Vidéo ajoutée sur YouTube par undaunted. Non daté, mais diffusé en 1997 selon «undaunted».


Quatre Canadiens, deux Québécois, un Prix Nobel

Leslie Nielsen et William Shatner

Un extrait de Police Squad, une série avant son temps. Vidéo ajoutée sur YouTube par brett6556.

Leslie Nielsen et William Shatner, vedettes planétaires et acteurs dont le registre n'a rien à envier à celui de Roger Moore. Fait ignoré par beaucoup de Canadiens-français et presque autant de Canadiens-anglais, ces deux messieurs sont Canadiens.

Le problème, c'est que les Canadiens-anglais préfèrent la télé américaine à la télé canadienne et que les Canadiens-français, eux, écoutent peu ou pas la télé en anglais.

Ah, oui, Leslie Nielsen est le frère d'Érik Nielsen, vice-premier ministre du Canada sous Brian Mulroney pendant une couple d'années et, oui, un ancien de l'université McGill, William Shatner est Québécois.


Dans les années soixante, Pierre Lalonde choisissait de rentrer chez lui

En 1970, Pierre Lalonde chante «Caroline». Vidéo ajoutée sur YouTube par neurophilefragile. Sur le site, javais le choix entre «Caroline» et «À Winnipeg (les nuits sont longues)». Compte tenu des paroles de la seconde chanson, écrite par Stéphane Venne, j'aurais trouvé cette dernière déplacée un jour de Fête du Canada. CORRECTIF: Suite à une suggestion de Sony ATV Publishing...

Pierre Lalonde «À Winnipeg (les nuits sont longues)»

Vidéo ajoutée sur YouTube par fenicnarfabc. Pardon. Encore une fois, pardon.

Avant une Céline Dion en instance de devenir star planétaire, il y avait Ginette Reno. Peu de gens se rappellent de la petite histoire. Pendant les années soixante-dix, Madame Reno aurait pu faire carrière internationale: un type du nom de René Angélil avait des idées à ce sujet. Selon ce que j'ai compris, Ginette Reno aurait décidé de rester au Québec pour l'amour d'un homme.

Et, avant Ginette Reno, il y avait un jeune homme qui faisait un tabac aux États-Unis. Il s'appelait Peter Martin. Il s'appelait aussi Pierre Lalonde. Jeune, beau, plein de charisme et d'entregent, Pierre Lalonde était une vedette américaine sans l'ironie. Une vraie. Et, comme pour Madame Reno, il a eu à faire un choix. Pierre Lalonde est rentré chez lui. Au Québec. Au Canada, aussi.

Devenu une méga-vedette au Québec, Pierre Lalonde n'a jamais fait carrière comme artiste politisé. Mais, en 1980, Monsieur Lalonde à chanté à la télé canadienne le jour de la Confédération. Comme c'est arrivé à peine quelques semaines après le NON au premier référendum, je me permets d'imaginer que, dans les soixante, Monsieur Lalonde est donc revenu au Canada autant qu'au Québec.

Je vous salue, Monsieur Lalonde. Bien bas. Et dites bonjour à Donald et Michel de ma part.

Pierre Lalonde anime Action Réaction

En 1987, Pierre Lalonde animait le jeu télévisé Action Réaction sur les ondes de Quatre-Saisons. Vidéo ajoutée sur YouTube par 025Vanessa.


Lester B. Pearson, premier ministre du Canada et Prix Nobel de la Paix

Lester B. Pearson interviewé en octobre 1972, peu avant sa mort. Vidéo ajoutée sur YouTube par djat2.

Comme la monnaie, le Prix Nobel de la Paix est soumis aux affres de l'inflation. On peut maintenant le gagner sur la base d'un documentaire ou de quelques discours.

À une autre époque, il fallait aussi avoir accompli quelque chose pour le remporter. Lester Bowles Pearson, premier ministre du Canada de 1963 à 1968, créateur des Casques bleus des Nations unies et médiateur dans la Crise du canal de Suez de 1956, s'est vu décerner le Prix Nobel de la Paix en 1957.

Lester B. Pearson sur Wikipédia

Gunnar Jahn, Comité Nobel 1957
Award Ceremony Speech [pour Lester B. Pearson]

VIDÉOS ET AUDIOS
Les Archives de Radio-Canada
Pearson, le premier ministre diplomate

* * *

Un hymne on ne peut plus canadien

Je vous invite à comparer les versions anglaise et française du Ô Canada. Le texte français a été composé par sir Adolphe-Basile Routhier au 19e siècle et était à l'origine un chant patriotique canadien-français composé pour la Société Saint-Jean-Baptiste. Vraiment. Le texte anglais, lui, est de Robert Stanley Weir, écrit en 1908 et sujet à révisions par un comité mixte du Sénat et de la Chambre des communes.

Anglais

O Canada!
Our home and native land!
True patriot love in all thy sons command.
With glowing hearts we see thee rise,
The True North strong and free!
From far and wide,
O Canada, we stand on guard for thee.
God keep our land glorious and free!
O Canada, we stand on guard for thee.
O Canada, we stand on guard for thee.

Français

Ô Canada!
Terre de nos aïeux,
Ton front est ceint de fleurons glorieux!
Car ton bras sait porter l'épée,
Il sait porter la croix!
Ton histoire est une épopée
Des plus brillants exploits.
Et ta valeur, de foi trempée,
Protégera nos foyers et nos droits.
Protégera nos foyers et nos droits.

O Canada, Wikipédia anglais | Ô Canada, Wikipédia français

Téléchargez le Ô Canada ici:

Patrimoine canadien - Hymne national du Canada

* * *


Bonne Fête du Canada

Appartenance?

Un Québec fort dans un Canada quelque chose comme uni?

Une journée festive pour les amoureux?

Une chose est certaine. Pour plusieurs Québécois la Fête du Canada est celle de leur pays.

Je vous en souhaite une bonne, sous le signe de l'espoir.

Je vous souhaite avant tout de rêver, parce que le Rêve est depuis longtemps évacué du discours individuel de la plupart d'entre nous.

- Éric de la Noüe


La fête du Canada dans la capitale, 1er juillet 2012

Vidéo ajoutée sur YouTube par nccvidccn.

Feist, I Feel It All, Fête du Canada 2012

Vidéo ajoutée sur YouTube par bigdarkmoney.


Levez-vous maintenant pour le Ô Canada

Le Ô Canada, interprété par l'Orchestre symphonique national d'Edmonton. Arrangements d'Allan Gilliland et Bill Eddins, chef d'orchestre. Vidéo ajoutée sur YouTube par edmontonsymphony.

www.lapremiereminute.ca/conflit

À PROPOS

Une sélection des nouvelles et prises de position essentielles pour suivre le conflit étudiant et le débat sur la loi 78 sans se sentir obligé d'y passer des heures.

Au niveau éditorial, cette Revue de presse est contre la loi 78 mais pro paix sociale et résolument au centre. L'information n'y est jamais présentée au détriment des faits. La sélection retient des points vue divergents et fait aussi place aux médias dits «alternatifs».

À cet effet, la Revue de presse a sept lecteurs: deux «X» de droite carrés verts, leurs enfants carrés rouges, leurs grands-parents, carrés blancs... et vous.

- Éric de la Noüe.

Archives Revue de presse

Hors sujet aujourd'hui partout au Canada sauf au Québec

Isabelle Maréchal
Le Journal de Montréal, 2012-07-01
Vivre seul… et heureux?

«Lendemain de déménagement oblige, vous êtes en train d’arpenter votre nouveau logement. Votre présence n’est pas suffisante pour éviter au moindre bruit de rebondir sur vos murs encore nus. Vous allez décorer bien sûr, mettre un peu de vie dans ce nouvel espace. En attendant, vous défaites vos boîtes… seul. Le beau-frère est reparti, les amis aussi. Leur vie est...»

La meilleure citation est à la fin.

Allez me lire ça.

Un tournesol qui a perdu son Tryphon La première minute > Page d'accueil

Caricature d'Éric de la Noüe
www.lapremiereminute.ca
www.delanoue.ca
© 2011, Éric de la Noüe.